bandeau image
actus & rendez-vous

Actualités

Actualité
Jeudi 22 février 2018 à 09:30
Toulon-sur-Arroux
71320
Rencontre utilisateurs des solutions SOBAC en Bourgogne
COMMENT RETROUVER DE LA RENTABILITE tout en respectant l’ENVIRONNEMENT et les attentes des consommateurs ?

Réunion du 22/02/18 des utilisateurs 71
 

 

C’est dans une ambiance détendue à TOULON sur ARROUX  (71) que PATRICK FABRE, cogérant de la SOBAC, société aveyronnaise spécialisée dans la création d’humus a souhaité échanger et partager sur  les multiples possibilités qu’offre le concept BACTERIOSOL / BACTERIOLIT pour améliorer la rentabilité globale des exploitations agricoles du département de Saône et Loire.


Qu’ils soient éleveurs de bovins, ovins, caprins
Qu’ils cultivent de l’herbe, du maïs, des céréales,
 

Tous les utilisateurs remarquent de profonds changements dans l’évolution de leurs pratiques agricoles ou agronomiques :

Voici quelques propos recueillis au sein de l’assistance :

  •   « Une parcelle avec un très faible rendement est devenue méconnaissable après 4 ans de fumier ensemencé au Bacteriolit, elle produit autant que les autres parcelles de mon exploitation
  •   Sur maïs, Je ne mets plus d’engrais starter pour des rendements largement aussi bons
  •  Je n’utilise que 30 unités d’azote sur mes céréales en maintenant des rendements identiques
  • Sur maïs, 25 à 30 t de fumier ensemencé Bacteriolit et 0 unités d’azote minéral => Rendements largement équivalents
  • Je tiens un chargement de 1.8 UGB   SANS P SANS K SANS CHAUX et 17 unités d’azote /ha avec des hangars pleins, des vaches très performantes qui digèrent et valorisent mieux
  • Les vaches mangent dans des parcelles où il n’y avait que des joncs, aujourd’hui transformées en prairies très diversifiées grâce à l’utilisation de Bactériosol
  • Les semis de prés sont très faciles à réussir
  •  La terre sent bon et elle est beaucoup plus souple
  • Sans mettre de chaux, j’ai réussi à remonter le pH de surface
  • Le fumier c’est un vrai cube dans le chargeur qui ne sent pas et qui travaille très vite
  • J’ai augmenté mon taux de protéines dans l’ensilage d’herbe à 21 de MAT en 1ère coupe, 19 de mat en 2 ème coupe, et 18 en 3 ème coupe
  •  J’ai baissé mes phytos de 30 %
  • Je fais pousser de la super marchandise qui fait de l’effet aux animaux »

C’est la vie du sol et la création rapide d’humus qui explique tout cela nous dit Patrick FABRE et fait remarquer à tous les participants qu’un impact économique marquant se dégage au sein des exploitations utilisatrices pour peu qu’ils utilisent toutes les potentialités des microorganismes sélectionnés par Marcel MEZY :

- sur des surfaces suffisamment représentatives pour obtenir une ration constituée de fourrages  équilibrés, très riches en protéines (et de vraies protéines)  et en oligos qui seront capables d’améliorer  fortement dans le rumen la transformation  des unités fourragères ingérées en kilos de  viande ou de lait produits en autonomie.

- d’améliorer la productivité de leur cheptel

- d’accéder à une plus grande autonomie fourragère et intellectuelle

- et de produire de la viande de qualité  avec des taux d’oméga 6 / Oméga 3 rééquilibrés, bonne pour la santé  tout en participant à la lutte contre le réchauffement climatique .

 

Réunion du 22/02/18 71