bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Résultats
Blé
Réduire les produits phytosanitaires et les engrais avec Bactériosol.
2018
+ 131€ de marge brute/ha avec apport de Bactériosol.
Vieuvicq
28120
Eure-et-Loir

Voici les résultats après 4 ans d'un essai mené sur une plateforme en rotation purement céréalière et sans aucun apport de matière organique sur le thème : " Réduire les produits phytos et les engrais avec Bactériosol ".

Cet essai est mené en Beauce (à Vieuvicq) chez Didier Bouillon, céréalier, au GAEC du Buisson.

 

ROTATION :

Etude Bouillon 2019 tableau 1

Il s’agit d’une parcelle très homogène dont la location s’est terminée en 2018. Les mesures ont été effectuées par bandes de 35 m de large et 100 m de long en éliminant les bordures. Il n’y a pas de couverts végétaux dans la rotation, les pailles sont broyées. Les modalités ont été répétées aux mêmes endroits durant les 4 années (cf. plan ci-dessous).

 

PLAN DE LA PARCELLE :

Etude Bouillon 2019 tableau 2

 

RÉSULTATS 2018 :

La modalité " 100 % PKCa + 80 % N + 100 % phytos " correspond à la pratique témoin de l’agriculteur. Les apports azotés correspondant à cette modalité sont assez faibles pour la Beauce, car elles correspondent à la pratique de l’agriculteur qui est déjà en réduction de dose (avec l’outil Farmstar) et est nettement en- dessous des pratiques " courantes " du secteur qui sont souvent 40 ou 60  unités  d’azote  au-dessus  de cette modalité. Toujours sur cette modalité, le premier passage est de 60 unités par ha et le dernier de 40 unités par ha, les deux en ammonitrate solide. Le second passage s’effectue en solution azotée liquide pour apporter le complément d’azote.

Cette modalité témoin " 100 % PKCa + 80 % N + 100 % phytos " est comparée à des modalités à 100 kg/ha de Bactériosol concentré.

 

Ces modalités font varier les quantités d’azote appor- tées 80 %, 60 %, 40 % et 0 % par rapport à la modalité " 100 % PKCa + 80 % N + 100 % phytos ". Ces modalités font aussi varier les fongicides et régulateurs de croissance : 100 % ou 50 % de fongicides et aucun régulateur. Les réductions de doses, aussi bien en engrais qu’en fongicides, ont été faites par une diminution de la dose à chaque passage. Les herbicides ne sont pas concernés par l’expérimentation. Il n’y a pas de couverts végétaux dans la rotation. Pour les témoins avec phosphore et potasse, l’apport est réalisé à l’automne à raison de 300 kg/ha de 21/17. Contrairement à la modalité témoin " 100 % PKCa + 80 % N + 100 % phytos ", aucune de ces modalités ne reçoit de chaulage ni d’engrais de fond.

 

Le 20 octobre 2017 a été semé un blé de la variété Advisor à 240 grains/m².

En 2018, pour des raisons climatiques, le Bactériosol concentré a été apporté au printemps sur l’ensemble des modalités à 100 kg/ha.

Etude Bouillon tableau 3 2019

La comparaison des marges brutes obtenues par hectare fait ressortir les modalités au Bactériosol concentré et place en tête la modalité " Bactériosol concentré+ 60 % N+ 50 % phyto " en 2018 qui dépasse le témoin " 100 % PKCa + 80 % N + 100 % phytos " de 131 € de marge brute par ha !

 

Etude Bouillon tableau 4 2019

Après 4 ans, c’est la modalité " Bactériosol concentré + 80 % N + 100 % phytos " qui donne le meilleur rendement, mais c’est la modalité " Bactériosol concentré + 60 % N + 50 % phytos ", qui dégage la meilleure marge.
Avec Bactériosol concentré, on peut donc réduire durablement l’engrais et les fongicides et augmenter sa marge brute.
 
Par ailleurs, les résultats obtenus par la modalité " Bactériosol concentré + 0 N + 0 phyto " sont remarquables. Il faut souligner que cette modalité n’a reçu aucun azote pendant 4 années consécutives, mais permet encore de produire en 4ème année un rendement de 68 qx de blé. Ces résultats sont très prometteurs pour les céréaliers qui envisagent de se diriger vers l’agriculture biologique.

 

CONCLUSION :

Après 4 ans d’utilisation de Bactériosol sur la parcelle, les résultats mettent en évidence que les technologies Marcel Mézy permettent de maintenir un niveau de production élevé tout en diminuant de 40 % les apports azotés et les fongicides de 50 % et donc d’améliorer la rentabilité.
Ces résultats prouvent qu’il est possible d’allier agro-écologie, production, environnement et rentabilité.