bandeau image
actus & rendez-vous

Actualités

Actualité
Jeudi 14 mars 2019 - 13:30
Cadalen
81300
Tarn
Etude d'un profil de sol en vigne
Dans le Gaillacois

chez M. Benoit ARNAUD à CADALEN


(Utilisateur des technologies Marcel Mézy, Bactériosol et Bactériolit, depuis 2017)

C’est par une après-midi de mars, ponctuée par ses giboulées caractéristiques, qu’une quinzaine d’agriculteurs se sont retrouvés sur le domaine de M. Benoit ARNAUD, viticulteur en  appellation Gaillac,  sur une cinquantaine d’hectares.
 
C’est donc dans le chai de M.  Arnaud, que nous nous sommes retrouvés pour une présentation du domaine par M. Arnaud et de ses objectifs et observations suite à l’utilisation du concept SOBAC.
M.  Arnaud : « J’ai utilisé le Bactériosol en essai sur des parcelles où j’avais de grosses carences en potasse, se traduisant par une chute des feuilles très précoces sur ma vigne (en août) et ceci malgré des apports importants de potasse au sol,  plus des apports en foliaires. Après deux applications de Bactériosol, je n’ai pratiquement plus de signes de carences et sans aucun  apport autre que de l’Entec soit 40 unités de N sur vin de pays et 20 unités sur AOC. »
 
Annabel Serin, ingénieur développement, explique donc le résultat par l’effet du Bactériosol sur la création d’humus, l’augmentation de l’aération du sol et  l’équilibre entre les divers minéraux de la solution eau et du complexe argilo-humique.
Mais, elle rajoute que Bactériosol n’est pas qu’un « pansement », il joue aussi sur d’autres paramètres tels que la gestion de l’eau, la qualité gustative et l’équilibre alimentaire en nutriments du produit fini, donc sur la santé du consommateur.
Ses propos sont confirmés par Mme Stéphanie Bernard, maraîchère et utilisatrice du concept depuis 2012 :
«J’utilise le procédé SOBAC depuis 2012 sur toute la surface de mon expltoitation, et je confirme que mon sol est plus facile à travailler mais aussi j’utilise 2 fois mois d’eau ;  mes légumes se conservent mieux,  j’ai augmenté le rendement vendable et le retour client sur le côté sucré est extraordinaire»
M. Arnaud : «Oui, mais c’est cher par rapport à l’engrais pour le faire sur toute la surface ….. »
Mme Bernard : «C’est cher si vous le comparez à un engrais, mais quand vous voyez l’impact sur tous les paramètres de la production ce n’est pas cher !
Aujourd’hui, je dis merci à la SOBAC pour ce partenariat et ce qu’ils  m’ont apporté »

Voir le détail du témoignage de Stéphanie Bernard sur notre site
 Suite à ce débat, l’ensemble des participants s’est dirigé vers les profils de sol afin de valider sur le terrain et par l’expertise de M. Frebourg ,la partie théorique et témoignage énoncés en salle.
 

Télécharger ici les résultats du profil

PROFIL SOBAC EARL ARNAUD 81