bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage et résultats
Robert de Formigny, céréalier dans le Calvados
Robert de Formigny
J'ai peut-être ouvert une porte
Céréalier
2015
Mutrécy
14220
Calvados

Culture/Production

Robert de Formigny est céréalier à Mutrecy dans le Calvados, 56 ans, vice-président de la Chambre d’Agriculture.

Son exploitation : 270 hectares dont 110 ha de blé, 45 ha d’orge, 15/20 ha de betteraves, 20 ha de lin, 40/45 ha de colza, 10/15 ha de féverole.

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2012) / Pour augmenter la fertilité des sols naturellement.

Témoignage

Robert de Formigny a 70 ha de très bonnes terres au nord de Caen et des terres plus hétérogènes à Mutrécy.  Vice-président de la Chambre d’Agriculture du Calvados, c’est un homme pragmatique qui ne jure que par les résultats.

" J’ai connu Jean-François Heudier, le technico-commercial de la SOBAC lors d’une formation Agrileader. Il m’a contacté il y a quatre ans. J’étais déjà en impasse PK suite à un travail d’analyses poussé. J’avais beaucoup d’excès PK par endroits. A priori, je ne suis pas très à l’écoute des gens qui viennent me démarcher. Là, on se connaissait, c’était différent. 
Ce qui m’a convaincu du bien-fondé de ma démarche, ce sont les profils culturaux. Christophe Frebourg est quelqu’un de passionnant et j’ai refait depuis, trois ou quatre fosses avec lui.

 

C’est la vie du sol, les vers de terre qui m’ont impressionné


Je m’étais fixé trois ans d’utilisation de Bactériosol avant de faire quelque constat que ce soit. J’ai commencé à voir des effets à l’œil nu au bout de deux/trois ans en plaine de Caen-nord. Au printemps, avant de faire du lin, j’ai dû faire un déchaumage pour assécher la surface. Sur les parcelles d’essai qu’on avait là-bas, on voyait exactement celles qui avaient reçu du Bactériosol et les autres. 
Ici, en terre plus argileuse avec beaucoup de cailloux, je n’ai pas d’effet visuel mais ce qui est important c’est que là où je mets zéro PK, je n’ai pas baissé mes rendements en blé.
Cet été, on a eu un coup de chaud fin juin-début juillet et on pensait que les récoltes de blé allaient être catastrophiques. Or, on a été très peu touchés. Par rapport au voisinage, j’ai fait une très bonne récolte en orge, ça fait longtemps que je n’avais pas fait ça. En betteraves, j’ai fait un premier arrachage là où il y a  zéro PK, et Dieu sait si la betterave est gourmande en  potasse, et là je suis à plus de 100 tonnes au premier arrachage. 

 

J’ai envie de pérenniser ma façon de travailler. 

 

J’ai préparé les terres à colza cette année. Elles étaient très souples. Je les ai préparées très fines. J’ai eu une levée extraordinaire, en quelques jours. Mon objectif aujourd’hui c’est de baisser l’azote et je compte sur ce procédé pour y parvenir. 
Aller chercher les éléments disponibles dans le sol, avoir des sols plus souples, voilà ce que je recherche mais je ne m’inscris pas dans une volonté farouche de sortir du chimique.

 

Aujourd’hui, toute la ferme est ensemencée avec Bactériosol. J’ai arrêté tout le PK et la chaux également. 

A la Chambre, je discute avec des ingénieurs agronomes qui ont un regard suspect sur mes pratiques culturales. Ceci dit, on a fait une formation sur la vie des sols avec Christophe Frebourg pour faire un profil de sol. Ça a été une journée très appréciée. 
J’ai peut-être ouvert une porte pour voir autre chose. Ça remet tellement de choses en cause pour eux. Si on refait une porte ouverte ici, la Chambre d’Agriculture sera présente. Comment débloquer du P et du K qui sont dans le sol mais qui sont inertes? Un agronome ne le sait pas. 
Ce qui me préoccupe le plus aujourd’hui,  c’est de pouvoir transmettre ma ferme à quelqu’un qui continuera avec le même système que moi. Au moins, j’aurai l’impression d’avoir travaillé pour quelque chose. J’ai vraiment envie de pérenniser ma façon  de travailler. Oui, je suis persuadé que je suis en train de donner de la valeur à mes sols ".

 

Résultats

Il utilise du Bactériosol pour apporter une fertilisation naturelle à ses céréales.

 

  • Des terres plus très souples.
  • Des sols de meilleurs qualité.
  • Des terres plus résistantes à la sécheresse.
  • De bonnes récoltes.