bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage et résultats
M. Heckmann, producteur de tabac, betteraves, mais, blé et échalotes, utilisateur de Bactériosol, (67).
Vincent et Daniel Heckmann
Plus de matière sèche et une meilleure conservation
Céréalier / cultivateur de tabac, betteraves, blé et échalottes
2016
SCHNERSHEIM
67370
Bas-Rhin

Culture/Production

Daniel et Vincent Heckmann sont agriculteurs à Schnersheim (Bas-Rhin). Ils produisent du tabac (75 ha) et des échalottes en vente directe, ainsi que du mais (grains), du blé (tendre) et des betteraves (sucrières). 

Témoignage

Pour Daniel et Vincent, le souci c’était la monoculture tabac et ils n’arrivaient pas à maintenir une activité biologique suffisante dans ses sols. Après plus de six ans, ils ont trouvé la solution avec Bactériosol. 

Daniel : " On avait une double problématique : une baisse importante des matières organiques et en même temps un manque d’activité microbienne des sols. 
En échalotes, on avait des problèmes de conservation car on apportait trop d’azote minéral. On voulait qu’elles fassent leur cycle plus naturellement. Il y a une réponse intéressante avec Bactériosol. Ce sont des plantes qui ont du mal à activer le microbisme des sols donc le fait de le réensemencer, c’est favorable".


Vincent: " On voulait sortir du piège potasse. Depuis qu’on utilise le Bactériosol, il n’y a plus de potasse à ajouter sur tout ce qui est grandes cultures. En tabac, on en met un tout petit peu parce que c’est une plante très exigeante au moment de la croissance qui est très rapide. Mais c’est le tiers de la dose d’avant
En betteraves, le Bactériosol permet de bien activer la microbienne du sol. 

 

Sur le tabac, après six ans avec Bactériosol, ce qu’on cherchait c’est à stabiliser la fertilité des sols. On y arrive. Après quinze ans de monoculture c’est un aspect crucial pour nous . 

 

En échalotes, on a beaucoup moins de problèmes de fusariose. Il y a plus de matière sèche et nous constatons une meilleure conservation


Nous avons organisé une journée « Portes Ouvertes » en 2016. Ce qui était intéressant au niveau du profil, c’est une activité du sol optimale. Le pH était beaucoup plus régulier. 
On a pris de l’avance par rapport aux obligations de faire des engrais verts, c’est intéressant. On constate que le concept SOBAC permet une meilleure dégradation de la matière organique fraîche ce qui permet d’augmenter le taux d’humus donc le réservoir du sol. C’est un vrai plus .

 

Economiquement, c’est là qu’on a le plus de retour


Le chimique, c’est un peu comme l’antidouleur. Ça permet de continuer à travailler mais ça ne soigne pas le mal du corps. Ça vous évite de remonter à la source du problème. 
Avec le Bactériosol on remonte à la source du problème. Nous avons maintenant des sols qui sont plus faciles à travailler et besoin de moins de puissance pour les tracteurs. Quand on passe avec les outils, on sent la différence. 
En betteraves aujourd’hui, on fait aussi bien que les autres. 

 

En vente directe, sur les échalotes, on met en avant  notre démarche culturale. On ne la valorise pas financièrement, mais cela participe aux attentes des consommateurs. Nous avons une plus belle régularité, une meilleure densité après la levée. A la récolte, nous avons un calibre plus régulier et en rendement, on est bien ". 


Daniel : " En coût, surtout en tabac et betteraves où on mettait quand même pas mal de potasse qui est relativement chère, on s’y retrouve. En qualité de tabac, nous étions déjà bons avant et nous nous maintenons à ce niveau ". 
 

Vincent : " On commence à prendre en compte les dangers du chimique. 
On commence à réfléchir mais il a fallu attendre d’être pratiquement dans le mur ".
 

Résultats

Ils utilisent du Bactériosol depuis 2009 pour la fertilisation de leurs cultures et afin de maintenir une activité biologique suffisante dans leurs sols; en complément du Bactériosol, ils emploient du Bactériosol Booster (depuis 2016) pour apporter une fertilisation localisée au plus proche de la graine.  Cette année (2017) ils ont aussi essayé le Quaterna Plant afin d'assurer la réussite de leurs plantations.

 

  • Une vie microbienne plus développée.
  • Le maintien d'une activité biologique suffisante dans les sols.
  • Plus de matière sèche et nous constatons une meilleure conservation.
  • Le pH est beaucoup plus régulier.
  • Une meilleure dégradation de la matière organique fraîche donc augmentation du taux d’humus.
  • Des sols plus faciles à travailler et donc besoin de moins de puissance pour les tracteurs
  • Une plus belle régularité et densité après la levée pour les échalotes
  • Beaucoup moins de problèmes de fusariose en échalotes.