bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage
Etienne et Patrick Bernard, arboriculteurs  dans le cher, utilisateurs de Bactériosol.
Etienne et Patrick Bernard
Le profil de sol a été décisif
Arboriculteurs
2017
Saint-Martin-d'Auxigny
18110
Cher

Culture/Production

Etienne et Patrick BENARD sont arboriculteurs à Saint-Martin d’Auxigny (Cher).Ils sont Installés depuis 1993.  L'exploitation : 5 ha dont 95 % en pommiers. 

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2013) / Pour augmenter la fertilité naturelle des sols.

Témoignage

Etienne et Patrick ont trouvé la SOBAC il y a quatre ans pour redonner vie à leurs terres. Ils se disent aujourd’hui contents de cette agriculture raisonnable qui permet d’avoir une production fidèle à son terroir.

" Nous avons rencontré la SOBAC en janvier 2013, au Sival d’Angers, un salon professionnel.

 

Nous cherchions à redonner vie à nos sols

 

Dans le stand, il y avait ces essais dans de petits bocaux où l’on voyait l’évolution du sol. C’était très parlant. J’ai mis ça dans un coin de ma tête et Julien Loeillet est passé au printemps suivant.


J’avais une parcelle attaquée par des xylébores, un parasite qui s’attaque au bois. On était sur un printemps très humide et les sols s’asphyxiaient. Le végétal n’était pas en bonne santé. Aujourd’hui le xylébore a complètement disparu. Ça veut donc dire que l’arbre est plus résistant.


Comme nous vendons au détail, nous voulons produire un fruit caractéristique de notre terroir.
Nous avons décidé de faire toute la surface tout de suite en se disant: « Si dans trois ans ça décroche, on arrêtera. » 
Nous l’avons mis en place en 2013. A 300 kilos/hectare de Bactériosol Renforcé, on trouvait que ça ne faisait pas grand chose au mètre carré.
 

L’année suivante, on voyait déjà les innombrables turricules de vers de terre. C’était impressionnant. On a fait aussi des tests à la bêche et on voyait que la terre était beaucoup friable. 
Ensuite, ce qui a fait bouger les choses, c’est le profil de sol de 2016. Il y avait une fosse dans une parcelle qui était depuis trois ans en Bactériosol et une autre chez le voisin qui était en fertilisation classique. 
Quand on voit la régularité du pH jusqu’à 1.20 m de profondeur, ça marque. Ça décroche un peu à 1.50 m quand chez le voisin c’est à 50 centimètres. La vitalité du sol, le nombre de vers de terre, c’était impressionnant. Côté enracinement, même chose : Jusqu’à 1.15 m chez nous et 80 cm chez le voisin. 

 

Nos objectifs sont atteints

 

Maintenant, ça fait trois ans que les rendements ne décrochent plus comme avant. Dans les vergers de trois ans, on a fait 30 tonnes/hectare et les arbres ne sont pas à genoux. En plus du Bactériosol, il n’y a eu que 25/30 unités d’azote. 
Je n’ai pas d’accroissement de la pression maladie, au contraire. Nous sommes de plus en plus « light » en matière de traitements. Cette année j’ai fait de nouveaux tests. J’ai fait deux rangs sans azote et au final il n’y a eu aucune différence avec les rangées où il y avait eu 20 unités. Je vais renouveler l’expérience sur toute une parcelle. 

Les clients nous disent qu’au niveau gustatif, ça n’a rien à voir avec ce qu’ils trouvent ailleurs. En Royal Gala, nous avons de bons calibres avec plus de 50 % à plus de 75 mm.
Nous tendons vers quelque chose de très raisonnable. 
Suite au profil de sol, il y a pas mal de collègues qui se sont intéressés à ce qu’on faisait. Sur les 40 producteurs de la région, il y en a maintenant une vingtaine qui travaillent avec la SOBAC. Le profil de sol a été décisif. 


Nos objectifs de rendements sont atteints : 50 tonnes à l’hectare, c’est ce qu’il nous faut. 
Je ne mets quasiment plus d’engrais foliaires.

 

Nous économisons 100 € à l’hectare en engrais foliaires et nous sommes descendus de cinq à deux passages sur les parcelles pour la fertilisation

 

C’est énorme. C’est une demi-journée de gagnée à chaque fois. Nous avons quasiment banni tous les engrais chimiques et on sent qu’un équilibre s’est fait. La plante a son garde-manger et prend ce dont elle a besoin.  
Nous sommes en train de bonifier l’exploitation plutôt que de l’appauvrir. C’est quand même une autre motivation ". 

 

Résultats

Ils utilisent du Bactériosol pour apporter une fertilisation naturelle.

 

  • Ils utilisent Bactériosol pour développer la fertilité naturelle des sols. (depuis 2013).
  • Le xylébore a complètement disparu.
  • Une terre beaucoup plus friable.
  • Plus de vers de terre.
  • Une bonne régularité du PH.
  • Un meilleur enracinement (1 m 50 chez nous vs 80 cm chez le voisin).
  • Nos objectifs de rendements sont atteints.
  • De moins en moins de traitements.
  • Un meilleur niveau gustatif (d'après les clients).
  • De bons calibres (50% à plus de 75 mm).