bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage
Fréderic et Angélique Martin, céréalier et maraîcher dans l'Ain, utilisateur de Bactériosol.
Frédéric Martin
Tout va dans le bon sens
Céréalier et maraîcher
2017
Sainte-Croix
01120
Ain

Culture/Production

Frédéric Martin est maraîcher et céréalier à Sainte-Croix (Ain). Installé depuis 2000 au Gaec du Lanchet avec ses parents et sa compagne Angélique, depuis 2010. 

L'exploitation : 30 hectares dont 24 ha de céréales (6 ha de colza, 9 ha de blé, 4 ha de maïs et 4 ha d’orge) et 3 hectares de maraîchage.   

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2015) / Pour apporter une fertilisation naturelle et créer de l'humus.
  • Quaterna Plant (depuis 2011) / Pour un développement optimisé des plants.

Témoignage

Ce sont les clients qui le disent : Au Gaec du Lanchet, les légumes n’arrêtent pas de gagner en valeur gustative depuis le passage dans le concept SOBAC. Les carottes et les courges gagnent en sucre, les pommes de terre sont plus homogènes, le maïs résiste mieux à la sécheresse, les salades se conservent plus longtemps et Frédéric et Angélique ont en plus le sentiment de travailler pour la planète. 

" Nous avons vu arriver Amandine de la SOBAC à l’automne 2014. Le concept nous a plu et en plus nous avons eu un bon contact, le rapport est complètement différent. On est dans le conseil, le partenariat.

 

Nous avons démarré sur une parcelle de maïs de trois hectares. Très vite, nous avons vu des différences avec la parcelle de maïs du voisin. Chez nous, les racines descendaient tout droit dans le sol et chez le voisin elles partaient à l’horizontale. Nous étions sur un sol caillouteux et de nôtre côté, la bêche s’enfonçait beaucoup plus facilement.

 
Après, nous en avons mis dans les serres, sur les engrais verts à l’automne et quand j’ai labouré, c’était le jour et la nuit.

 


Les légumes, les salades en particulier, se conservent beaucoup plus longtemps

 

En pommes de terre, je n’ai plus de terre sur l’arracheuse. Ça ne colle plus. J’ai des parcelles où je ne mettais pas de pommes de terre parce que c’est une terre trop argileuse. J’en ai mis cette année et j’ai eu de bons rendements et un arrachage facile. En plus, j’ai mis 80 unités d’azote au lieu de 150 unités. Les pommes de terre étaient d’une grande homogénéité avec un calibre presque trop gros.
Sur les tomates, ce sont les clients qui remarquent la différence. Ils nous disent qu’il n’y a que de la chair, pas de pépins. Quand on coupe une andine cornue, on dirait un steak…

 

Une économie en eau de 30%

 

Nous avons arrêté les phosphates, la potasse et la chaux et nous avons considérablement diminué les doses d’azote. Oui, nous avons le sentiment de travailler pour la planète. Nous réfléchissons à peut-être passer en bio car nous n’en sommes plus loin du tout. 

 

L’an passé, j’ai acheté une herse-étrille et avec la souplesse retrouvée du sol, c’est suffisant.  C’est beaucoup plus facile à désherber. 
Je pense que cette année, l’économie en eau est de l’ordre de 30%. 

 

Nous avons eu la grêle le 11 juillet juste avant la floraison sur les maïs. Je les croyais foutus. Ils sont restés verts alors que chez les autres, passé le 15 août, ils étaient brulés.
En cardons, c’est notre première année avec Bactériosol et ils sont aussi jolis que d’habitude. Les carottes sont super-belles, plus régulières, plus longues qu’avant.

 

Les clients nous disent que ce sont de vrais bonbons

 

Les courges aussi gagnent en sucre. 
On sent que ça a changé, ce sont les clients qui font notre promotion. 
Nous avons plus le nez dans nos sols aujourd’hui. Avec un printemps pourri, la terre craint moins l’asphyxie. Sa couleur, son odeur ont changé.  
Notre marge va dans le bon sens. Moins d’arrosage, moins d’usure de matériel avec des labours moins profonds, moins de passages sur les terres donc moins de gasoil, tout va dans le bon sens. 

 

Nous sommes beaucoup plus sereins et nous prenons ça comme un signe positif quand on voit que la famille SOBAC s’agrandit. Et si la SOBAC est invitée dans les grands débats internationaux, c’est qu’elle le mérite ". 
 

Résultats

Ils utilisent du Bactériosol pour apporter une fertilisation naturelle sur les sols et du Quaterna depuis cette année seulement, qui a pour but d'optimiser le développement des plants.

 

  • Meilleur enracinement.
  • Sol beaucoup plus facile à travailler => plus souple.
  • Arrachage plus facile des pommes de terres.
  • Sol plus facile a désherber.
  • Une meilleure conservation des légumes (beaucoup plus longtemps).
  • Pommes de terre très homogènes.
  • Les tomates ont beaucoup de chair.
  • Les courges ont gagné en sucre.
  • Les carottes sont super-belles, plus régulières.
  • Economie en eau (de 30%).
  • Meilleure résistance aux aléas climatiques (grêle)
  • Moins d’arrosage, moins d’usure de matériel.