bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage
Manuel Berthaud, maraîcher dans le Gard, utilisateur de Bactériosol.
Biologique
Manuel Berthaud
Un procédé né du bon sens d’un homme
Maraîcher
2017
Arpaillargues-et-Aureillac
30700
Gard

Culture/Production

Manuel Berthaud est maraîcher à  Arpaillargues (Gard) . Installé depuis 5 ans sur l'exploitation : au Moulin à vent.

Son exploitation : 3.5 ha en bio et 2 000 m² de serre et tunnel froid.

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2016) / Pour apporter une fertilisation naturelle sur les cultures légumières.

Témoignage

Au moment de sa reconversion dans le maraîchage, Manu Berthaud a fait une formation sur les méthodes de Pierre Raby et suivi des conférences avec Claude Bourguignon. Il avait également vu des vidéos avec Marcel Mézy et s’est adressé à la SOBAC " pour régénérer ses sols ".

" Je cherchais une solution pour réactiver la vie microbienne. J’ai rencontré Mathieu, le commercial de la SOBAC, et j’ai décidé d’utiliser les technologies Marcel Mézy sur toute la surface. J’étais déjà en bio. Je ne fais aucun traitement, même pas de bouillie bordelaise. Je travaille en fonction des saisons et je fais les légumes en tenant compte du risque de maladies. 

 

Quand j’ai ensemencé mes parcelles avec Bactériosol, la première fois il y a deux ans, j’avais des problèmes de sclérotinia sur les salades. C’est une maladie qui part du collet et qui fait pourrir la salade. J’avais pas mal de pertes et là, ça a tout de suite disparu alors que j’étais persuadé que je n’aurai rien vu la première année.

 

Pouvoir vendre toute sa récolte, ça fait une sacrée différence


J’ai également été surpris d’avoir d’aussi belles courgettes. 

Je n’ai pas encore vu d’évolution nette au niveau de la structure du sol. Le sol est couvert en permanence et au niveau système foliaire et rendements, c’est reparti dans le bon sens. En tomates par exemple, j’ai gagné quatre à cinq bouquets supplémentaires par pied. 

 

Quand tu entres dans ce genre de concept, il faut réfléchir à ta pratique globale. C’est toute une philosophie. On travaille avec des mycorhizes et des champignons et si derrière, on met des produits phytos, ça ne marche pas. 
J’ai toujours cherché à comprendre. Avec la SOBAC, nous ne sommes pas face à une multinationale qui inonde le marché. C’est un concept qui est né du bon sens d’un homme. On crée de la concurrence dans le sol, de la vie et ça me plaît. 

 

Dans mon sol argilo-calcaire je revois les vers de terre


Bien sûr que la Cop23 ça a un sens pour moi. Ça prend tout son sens de travailler pour la planète surtout quand on a cinq enfants comme moi. Je suis arrivé dans l’agriculture parce que j’entendais que les agriculteurs disparaissaient et ça m’était insupportable. J’étais sérigraphe à Marseille et je gagnais très bien ma vie. J’ai tout laissé tomber. Je me suis dit : si on ne commence pas à réfléchir on va droit dans le mur. 

 

Les sols étaient morts ici. Ma devise, c’est les 3 A : Être dans l’autonomie, l’autogestion et l’autosuffisance. 

Autour de moi, chez les vignerons, peu de gens ont pris conscience de tous ces problèmes. Au niveau de ma clientèle et dans les villes par contre, ces questions sont au centre du débat. 
Je réfléchis à monter un label « sans traitements » pour me différencier du bio. 
Plus mes sols progresseront, plus les plantes se porteront bien. 
L’agrochimie a mis 50 ans à détruire la santé des enfants avec la multiplication des cancers. On laisse crever les sols à cause des lobbys. Je ne comprends pas qu’un concept comme celui de la SOBAC ne soit pas préconisé par l’Etat. 
La première raison pour laquelle je ne traite plus du tout, ce sont mes cinq enfants qui viennent souvent me voir au champ ". 
 

Résultats

Il utilise du Bactériosol pour apporter une fertilisation naturelle sur les cultures légumières.

 

  • Plus de problèmes de sclérotinia sur les salades => plus de pertes.
  • Pouvoir vendre toute sa récolte.
  • Surpris d'avoir d'aussi belles courgettes.
  • En tomates, j'ai gagné 4 ou 5 bouquest supplémentaires par pied.
  • On crée de la vie dans le sol.
  • Dans mon sol argilo-calcaire je revois les vers de terre.