bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage
On a au moins divisé par 2 les frais vétérinaires
Thierry LÉVÊSQUE
On a au moins divisé par 2 les frais vétérinaires
céréalier et éleveur de bovins
2021
Épretot
76239
Seine-Maritime

Culture/Production

Thierry LÉVÊSQUE, céréalier et éleveur de bovins en Seine-maritime en Normandie. Installé depuis 2007. 

Son exploitation s'étend sur 60 ha dont 30 ha d’herbe, 15 ha de blé, 15 ha de maïs. 50 laitières de race normande et en moyenne, 130 animaux en permanence sur l’exploitation.

Produit/Usage

  • Bactériolit (depuis 2008) / Pour valoriser les effluents d'élevage
  • Bactériosol concentré (depuis 2008) / Pour augmenter la fertilité naturelle des sols

Témoignage

C’est sur un stand au National de race Normande que Thierry Lévêsque a découvert SOBAC. La création d’humus, la valorisation des fumiers, la diminution des nuisances, tout cela l’intéressait.

Thierry LÉVÊSQUE, céréalier et éleveur de bovins à Seine-maritime

" En 2008, j’ai commencé avec BACTÉRIOLIT et BACTÉRIOSOL sur la moitié de la surface. Puis j’ai tout passé en SOBAC. La décomposition des fumiers n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était, ils dégagent beaucoup moins d’odeurs et sont couverts de champignons. Ça passe tout seul dans l’épandeur.

 

Sur les prairies avec BACTÉRIOSOL, le trèfle est vraiment revenu.

 

Au niveau de la santé animale, les progrès sont importants. En stabulation paillée, le principal problème c’était les mammites et les cellules, nous sommes à 200 000 cellules en moyenne sur l’année quand la moyenne au contrôle laitier tourne autour de 275 000.

 

On a au moins divisé par deux les frais véto, aujourd’hui nous le voyons en moyenne 1 fois/an.

Mon objectif c’est d’avoir un troupeau en bonne santé avec des vaches qui ne demandent pas trop de travail et mangent de l’herbe. Nous n’avons plus de refus, Je n’ai plus besoin de faucher les refus, tout est pâturé.

 

« 95 Q/HA DE BLÉ AVEC UN DEMI FONGICIDE SEULEMENT ! »

 

Nous avons eu un hiver assez arrosé et l’eau pénètre beaucoup mieux. Les sols se ressuient bien. Au niveau des vers de terre, il y a du monde et la vie microbienne est très active. Les vers de terre ont remplacé l’écrouteuse.

 

Avec le changement climatique et les épisodes de sécheresse, je pense qu’on va pouvoir se passer de fongicides. Je suis à 95 q/ha de blé avec un demi fongicide et je suis persuadé qu’on aurait fait autant sans. Les plantes répondent mieux aux maladies, elles résistent mieux. En blé, j’arriverai à supprimer le dernier fongicide sauf si le mois de juin est pourri.

 

Pour l’instant, c’est encore une assurance. En maïs, nous sommes passés à 50 unités d’azote quand avant nous étions à 150 unités. Et on pourrait encore diminuer !

 

 

« DES PRAIRIES DE QUALITÉ ET DES ÉCONOMIES DE TOURTEAUX »

 

J’ai des prairies qui ont 15 ans et malgré la sécheresse elles ont repris. Du coup on économise le maïs car les vaches mangent plus d’herbe. En septembre quand la pluie est revenue, nous avons remonté de deux points en protéines et de 2 l de lait par vache. Le troupeau est vraiment en bonne santé, avec un beau poil, de beaux aplombs.

 

Ça fait un an et demi que je n’ai pas utilisé un antibiotique sur les vaches, juste des produits de tarissement. Depuis plus de 4 ans, je n’ai pas perdu une vache. Aujourd’hui, j’estime être en vitesse de croisière, avec une qualité de lait qui est constante 12 mois sur 12.

 

J’ai le sentiment de gagner du temps pour moi, de mieux travailler.

Oui, on peut dire que nous augmentons en marge.

Je réussis à diminuer le concentré. Avec l’herbe de valeur que nous avons en septembre, j’ai économisé 1,5 t de tourteau sur le mois.

 

En BACTÉRIOSOL, je suis à 100 kg/ha. En 10-15 ans, j’ai réduit mes apports d’azote de 75 %.

 

Avec 50 vaches laitières de race Normande, nous sommes à 380 000 l de lait annuels, ce qui fait une bonne moyenne de 7 000 l par vache. C’est un bon équilibre. "

 

Résultats

=> Fumiers décomposés plus vite

=> Moins d’odeurs

=> Amélioration de la qualité de l’herbe

=> Meilleure santé animale

=> Frais vétérinaires divisés par 2

=> Vie microbienne très active

=> Meilleure résistance aux maladies et à la sécheresse

=> Gain de temps