bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage
Christian Lansac, maraîcher dans les Hautes Pyrénées et utilisateur de Bactériosol.
Biologique
Christian Lansac
Fier De Faire Mon Métier
Maraîcher / céréalier
2017
Momères
65360
Hautes-Pyrénées

Culture/Production

Christian Lansac est maraîcher et céréalier à Momères (Hautes-Pyrénées); Installé depuis 2003, aujourd'hui il est en conversion bio. Son exploitation : 7 hectares dont 4.5 en maraîchage et le reste en céréales et prairies.

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2007) / Pour augmenter la fertilité des sols naturellement.

Témoignage

En première année de conversion bio, Christian Lansac est un adepte de la vente directe via une AMAP et des paniers à la ferme. Il est aussi un assidu des marchés de Tarbes et Bagnères-de-Bigorre. Sur ses parcelles, il travaille en relation avec une association qui s’occupe de jeunes handicapés. 

" Ça va faire dix ans que j’ai rencontré la SOBAC lors d’un salon agricole à Tarbes. C’est là que j’ai réalisé qu’on travaillait à l’envers. On nourrissait la plante avant de s’occuper de la terre.  
J’ai tout de suite ensemencé toute mon exploitation avec Bactériosol. C’était trop petit pour faire des essais. 
J’ai vite vu la différence avec d’autres collègues. Mon soja, par exemple, est resté vert beaucoup plus longtemps malgré la sécheresse. 

 

Je suis en vente directe et j’ai des compliments parce que mes légumes se conservent  mieux et que mes carottes sont plus sucrées

 

J’ai mis un panneau SOBAC sur mon exploitation, ça permet d’amorcer le dialogue. 
J’explique aux clients pourquoi la terre est plus facile à travailler. Par exemple, il a fait 55 mm de pluie mercredi dernier et je suis le seul à pouvoir rentrer avec le tracteur dans les champs. Ça ne colle plus aux pneus

 

Le concept SOBAC donne envie de passer en bio. Je ne serais pas passé en bio si je n’avais pas été pleinement satisfait des résultats. Je sais que je vais maintenir la quantité et la qualité. 
La saveur est un vrai critère de vente  et le bouche à oreille m’amène des clients. J’ai un papi qui arrive à garder ses salades trois semaines.
Aujourd’hui le seul problème, c’est l’herbe qu’il faut maîtriser. 

 

Au niveau santé, j’ai trois enfants et ils peuvent aller dans les parcelles manger des tomates ou ce qu’ils veulent sans problème. C’est important ça aussi.
Ma démarche culturale est un argument de plus sur les marchés même si avant je n’étais pas à " atteler la pompe " tous les jours. Il y a une vraie demande du consommateur.  

 

Au niveau arrosage, je fais de grosses économies. J’ai une parcelle de deux hectares que je n’ai pas arrosée une seule fois de l’été

 

"Dans le sens de l’histoire". Je ne laboure quasiment plus et on revoit les vers de terre coloniser le sol comme du temps des grands-parents, la vie revient
J’ai aujourd’hui en tête de travailler pour la génération suivante, c’est une de mes motivations pour laisser derrière moi un outil en meilleur état. 
Ça me fait plaisir de lire tous ces témoignages et de voir qu’on est de plus en plus nombreux à sortir des rails traditionnels. Au village par contre, nous sommes cinq agriculteurs et je suis le seul à ne pas être en conventionnel. 
Je suis fier de faire mon métier comme cela, même si on nous regarde encore bizarrement. L’agriculture partait dans le mur et j’ai le sentiment d’être dans le sens de l’histoire. Pour aller au bout de ma logique, je vais maintenant semer mon soja, mon maïs, mon blé avec mes propres semences, même si ça va à contre courant de la politique agricole. 
Aujourd’hui, je suis fier quand je pose les légumes sur l’étal. A partir de mai prochain je pourrai afficher que je suis bio. J’attends ce moment avec impatience. 
C’est important de voir la SOBAC invitée à la Cop21 ou Cop22. Je suis fier d’en faire partie, j’ai le sentiment de participer à quelque chose d’important pour la planète ".

 

Résultats

Il utilise du Bactériosol depuis 2007, pour apporter une fertilisation naturelle sur ses plants maraîchers et sur les céréales.

 

  • Meilleure résistance à la sécheresse.
  • Des légumes qui se conservent beaucoup mieux.
  • Les carottes sont plus sucrées.
  • Des légumes qui ont plus de saveur.
  • Un sol plus facile à travailler.
  • De grandes économies réalisées au niveau de l'arrosage.
  • Quasiment plus de labour.