bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage et résultats
Josep Riera Malet: "Je ne m'attendais pas  à un si beau résultat  dans le sol !!"
Josep Riera Malet
Je conseille d’essayer Bactériosol et Bactériolit avant d’appliquer des produits chimiques, le futur va dans ce sens-là
Producteur de légumes, en particulier d'épinards, de blettes et de radis, en Espagne.
2021
Catalogne
29710

Culture/Production

Pour la partie témoignage:

 

Josep Riera Malet est un producteur de légumes, en particulier d'épinards, de blettes et de radis, en Espagne. Sa ferme s'étend sur 4 ha en superficie totale, 1,5 ha de serres et 2,5 ha en plein air. Il est également vendeur de produits à MERCABANA.

 

Pour la partie résultat de l'étude:

 

FREBOURG AGRO RESSOURCES, expert en sols.

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2016) / Pour assainir les parcelles infectées par le fusarium et le pythium.

Témoignage

TÉMOIGNAGE ET RÉSULTATS DU PROFIL DE SOL DE M. RIERA MALET, MARAÎCHER EN ESPAGNE
TÉMOIGNAGE ET RÉSULTATS DU PROFIL DE SOL DE M. RIERA MALET, MARAÎCHER EN ESPAGNE

" Mon exploitation se situe dans la zone du Maresma, en Catalogne, on exploite 4 ha en superficie totale, 1,5 ha de serres et 2,5 ha en plein air. On se consacre à la production de légumes, plus précisément aux épinards, blettes et radis. 


Il y a environ deux ans et demi, nous avons essayé Bactériosol sur quelques parcelles, celles qui étaient le plus attaquées par le fusarium et le pythium. Dès la première application, nous avons vu que les plantes attaquées allaient mieux et qu’elles étaient de meilleure qualité. Par la suite, nous avons fait d’autres applications, les parcelles se remettent et s’assainissent progressivement. 


Nous l’avons utilisé car tous les produits chimiques que nous avions essayé ne fonctionnaient pas, c’était inutile, il y avait un tel niveau d’infection qu’il était impossible de semer quoi que ce soit. Puis, nous avons choisi cette alternative et ça fonctionne. Sur des parcelles où on ne récoltait quasiment rien, après un an et plusieurs applications, on atteignait 90-100 % de la production.


Maintenant, la qualité est parfaite ! Il n’y a aucun problème, c’est comme un champ vierge. La reprise est totale, c’est une récupération lente, ce n’est pas du jour au lendemain, il faut être patient. Cela permet d’assainir des parcelles très infectées, en un an, un an et demi, et de récolter 100 % de la production.

 
Avant Bactériosol, avec la chimie, c’était le contraire, quand un champ était infecté, on traitait par fumigation ou autres produits chimiques. On gaspillait beaucoup d’argent et on récoltait chaque fois un peu moins, jusqu’au moment où il était impossible de semer sans appliquer de produits.

 

Avec Bactériosol c’est le contraire, on oublie la chimie, on ne l’utilise pas du tout, on applique Bactériosol et ça s’améliore en l’espace d’un an, un an et demi. Puis, on fait attention à faire le moins de traitements possibles, quand il y a une parcelle avec beaucoup d’herbe, on applique un peu d’herbicide mais ce n’est pas systématique. 

 

Les premiers effets du Bactériosol nous les avons vus sur les épinards. En effet, on l’appliquait, les épinards poussaient mais restaient tout petits, rachitiques. Les suivants germaient avec une vigueur différente et quand ils arrivaient à la moitié de leur cycle, ils recommençaient à pousser et arrivaient au même point que ceux qui avaient poussés en premier.

 

C’est un processus qui permet de monter en puissance et, à la fin de la production on arrive au même point.

Avant Bactériosol, ces épinards, dans ce cas-là, ne se seraient pas développés, ils restaient minuscules, ne poussaient pas et finissaient par mourir. 
 

Je conseille d’essayer Bactériosol et Bactériolit avant d’appliquer des produits chimiques, le futur va dans ce sens-là. On est habitués à l’agriculture chimique mais il faut l’oublier. On peut obtenir 100 % de la récolte sans utiliser de produits chimiques. C’est plus sain pour tous, pour l’environnement, pour le maraîcher et pour le consommateur final.


Depuis que j’utilise Bactériosol, les champs parlent pour moi, je peux juste dire que je suis à 100 % de ma production, puis ce que je dis, les plantes le disent aussi."

 

 

EXPERTISE DE SOL CHEZ JOSEPH RIERA MALET SUR UNE PARCELLE D'EPINARDS PAR FREBOURG AGRO RESSOURCES

EXPERTISE DE SOL CHEZ JOSEPH RIERA MALET SUR UNE PARCELLE D'EPINARDS PAR FREBOURG AGRO RESSOURCES
EXPERTISE DE SOL CHEZ JOSEPH RIERA MALET SUR UNE PARCELLE D'EPINARDS PAR FREBOURG AGRO RESSOURCES

Améliorations spectaculaires avec une création de sol exceptionnelle !! La dose de Bactériosol y est pour quelque chose bien sûr ! Sous serre avec la gestion de l'eau, on se retrouve équivalent aux climats tropicaux.

 

Commentaires de Christophe Frebourg, expert en sols

 

Commentaires de Christophe Frebourg, expert en sols
Commentaires de Christophe Frebourg, expert en sols

" Les deux fosses ont les mêmes origines pédologiques avec un potentiel agronomique identique. Le creusement de la fosse SOBAC révèle une terre beaucoup moins compactée et plus sombre. Nous constatons des odeurs fortes de champignons alors que la fosse Témoin est inodore. La profondeur a été limitée à 1,30 m par mesure de sécurité car la fosse Témoin présentait un potentiel important à s’ébouler. La fosse SOBAC aurait pu être creusée à 2 m, étant plus riche en argile.


Tout cela est confirmé par les observations et les mesures réalisées en présence de M. RIERA MALET.


Le pH est quasiment régulé dans la fosse SOBAC avec une variation qui est passée de 1,5 à 0,2. Le pH du terroir est presque atteint. 


Cette évolution est due à une très grande amélioration de la fertilité biologique.

 

 

L’aération, la porosité et la gestion de l’eau liée par humification ont plus que triplé et la compaction a été réduite de 21,1 %.

 

Le système racinaire est plus dense et son état Sanitaire est nettement meilleur. Les racines sont bien rondes ce qui optimise l’alimentation en solution du sol.
 

Toutes ces améliorations ont un impact très positif sur la dynamique de fonctionnement du sol à savoir :


Une plus grande biodisponibilité de tous les minéraux stockés sur l’ensemble du profil. Par exemple : K + O2 + Bactéries = K2O oxyde de potassium assimilable par les plantes. Il en est de même pour tous les minéraux, excepté le phosphore qui lui a besoin de mycorhizes et de champignons : P + O2 + champignons = P2O5 anhydride phosphorique assimilable de façon naturelle même avec un pH différent de 7.


Toutes les formes de matières organiques évoluent mieux et plus vite en humus. 


Nous constatons alors une accélération de la création d’acides humiques, d’acides fulviques et d’humine qui renforcent l’action des exsudats racinaires pour attaquer le sable et créer de l’argile néoformée. Cela augmente le volume de terre utile, donc les réserves naturelles du sol. En à peine 3 ans, l’épaisseur de la couche arable a augmenté de 35 cm (81 – 46), ce qui fait plus de 4 500 T de terre en plus par ha.
Il est clair que les applications de Bactériosol ont augmenté la fertilité biologique de la fosse SOBAC, ce qui agit également sur ses fertilités physiques et chimiques. "

Les conseils agronomiques de l'expert

 

"Continuer à travailler sur l’amélioration de la fertilité biologique. Pour réduire la compaction de la fosse 1, une intervention biologique sera plus rapide et surtout plus durable qu’un passage d’outils.


La structure de la fosse 2 est magnifique. Ce sol doit être travaillé le plus simplement possible sachant que 80 % de l’activité biologique est située de 0 à 15 cm.

 

L’utilisation des produits phytosanitaires doit être réduite, sachant que tous les produits sont néfastes pour la micro faune et la macro faune, notamment les champignons. Le passé "chimisé" a réduit fortement la faune épigée (petits vers rouges à fumier)."
 

Résultats

=> Plantes moins vulnérables au fusarium et au pythium

=>  Assainissement progressif des parcelles

=> Meilleure qualité et santé des plantes

=> Retour à 100 % de la production

=> 0 engrais chimique sur 100 % de la production

=>  Bénéfice pour la santé des sols, plantes et hommes