bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage et résultats
Noël Raphalen, céréalier dans le Lot et Garonne, utilisateur de Bactériosol.
M. Noel Raphalen
Les Cultures Résistent Mieux Aux Aléas Climatiques
Céréalier
2018
Cambes
47350
Lot-et-Garonne

Culture/Production

Noël Raphalen céréalier à Cambes (Lot-et-Garonne). Installé depuis 1998.  Son exploitation : 206 hectares dont 85/90 ha de blé, 40 ha de soja, 46 ha de tournesol, 11 ha de betteraves porte-graines et le reste en jachère.  

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2004) / Apport d'une fertilisation naturelle.

Témoignage

Noël Raphalen constate que les céréaliers sont de plus en plus nombreux à chercher à sortir du chimique et à se tourner vers la SOBAC. Très méthodique, il dit avoir encore de la marge de progression et pourquoi pas, envisager un jour le passage en bio.

" J’étais à la recherche d’une autre façon de travailler car je mettais des quantités énormes d’engrais de fond. En 2004, j’ai fait des essais sur une parcelle très hétérogène de 3 hectares (1/3 sable, 1/3 limon, 1/3 argile), en tournesol et j’ai d’emblée été surpris par l’homogénéité de la production

 

Depuis 14 ans, j’ensemence la totalité de l’exploitation avec Bactériosol.

 

Au niveau des analyses de sol, j’ai été surpris par l’homogénéité des oligo-éléments, par la remontée du taux de matière organique et par la structure du sol, sa porosité avec le retour des vers de terre 

 

Mon exploitation résiste mieux à la sécheresse et, en période de grosses pluies, je n’ai plus de ravinement. Les terres irriguées sont beaucoup plus faciles à travailler.  Nous avons maintenu nos rendements et gagné en qualité. Je suis très bien placé en taux de protéines sur le blé et la SOBAC y a sa part. En fin de cycle, je vois que les cultures ne souffrent pas même si on a baissé l’azote. 

 

Sur le soja fertilisé avec Bactériosol, avec un seul arrosage, je suis à 48 quintaux très homogènes. La terre garde mieux l’humidité et nous faisons moins de tours d’eau. 
Sur le tournesol, même en baissant l’azote, il garde les feuilles vertes plus longtemps. On sent une plus grande vigueur. Pareil sur le soja, ça résiste mieux aux aléas climatiques. 

 

J’ai trouvé le bon équilibre

 

En 2013, nous avons fait un profil de sol en creusant, chez nous, une fosse sur une parcelle ensemencée avec Bactériosol et une chez le voisin en conventionnel. C’était les mêmes cultures et la même façon de travailler le sol. Nous sommes descendus à deux mètres et à cette profondeur, chez nous, on trouvait encore des racines alors que chez le voisin, il y avait une semelle très compacte à 40 ou 50 centimètres de profondeur. Sur les galeries de vers de terre, c’était du simple au triple. Le pH était très homogène de mon côté alors qu’en face il y avait de grosses variations. On voyait même la différence à l’odeur de la terre. 

 

Il y a de plus en plus de céréaliers à venir dans cette démarche. Si je devais expliquer le pourquoi de mon virage à quelqu’un qui ne connaît pas la SOBAC, je commencerais par lui expliquer comment marche la vie microbienne. Depuis mon BTS en technologie végétale, je n’en avais pas beaucoup entendu parler. 
Je suis en agriculture raisonnée et raisonnable, je pense avoir trouvé le bon équilibre notamment au niveau technique. J’ai eu du mal à baisser l’azote et je ne suis peut-être pas allé encore assez loin. En blé, je suis passé de 220 unités à 150/160 mais il y a encore de la marge. 

 

J’aime bien la relation que j’ai avec le commercial de la SOBAC sur le terrain. Nous faisons des suivis cultures tout au long de l’année avec des relevés de température du sol et de pH.
Maintenant j’aimerais trouver d’autres cultures, faire d’autres semences, diversifier un peu plus. Car c’est en diversifiant qu’on continuera à améliorer la structure ".
 

Résultats

Il utilise du Bactériosol pour fertiliser naturellement les cultures.

 

  • Plus d'homogénéité de la production / homogénéité des oligo-éléments
  • Remontée du taux de matières organiques.
  • Meilleure structure du sol et porosité.
  • Nous avons maintenu nos rendements et gagné en qualité.
  • Les terres irriguées sont beaucoup plus faciles à travailler.
  • Je suis très bien placé en taux de protéines sur le blé.
  • La terre garde mieux l’humidité et nous faisons moins de tours d’eau.
  • Sur le tournesol, même en baissant l’azote, il garde les feuilles vertes plus longtemps.
  • Meilleure résistance aux aléas climatiques.
  • En période de grosses pluies, je n’ai plus de ravinement.
  • Meilleur développement des racines.
  • PH très homogène.