bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage et résultats
Philippe et Christine Debaudre, éleveurs équins dans le Calvados.
Philippe et Christine Debaudre
L’effet du BACTÉRIOSOL est indiscutable
Éleveurs équins
2021
Meulles
14290
Calvados

Culture/Production

Christine et Philippe Debaudre sont éleveurs équins au haras de la Source, élevage du Bellay à Meulles (Calvados). Installés depuis 2011. L'exploitation : Élevage de trotteurs / Vente de poulains yearlings ou entraînement / 25 ha avec 25 à 30 trotteurs. 

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2016) / Pour augmenter la fertilité des sols naturellement.

Témoignage

Philippe Debaudre est un éleveur heureux. En cette fin d’été 2020, il vient d’avoir un poulain, Jazz in Bellay, Top Price aux ventes de yearlings de Deauville, en septembre dernier. Une consécration après 30 ans d’élevage.  

« Quand j’ai connu SOBAC j’étais effectivement à la recherche de quelque chose. Dans une vie antérieure j’ai été directeur d’une coopérative agricole et je n’en pouvais plus de toutes ces saloperies qu’on mettait dans la terre. J’étais arrivé à considérer que ce n’était plus de l’agriculture mais de l’agrochimie. 


Je n’étais de toute façon pas satisfait du comportement des prairies. Il y avait une pousse rapide mais qui posait problème au moment de la mise à l’herbe des chevaux avec une multiplication des diarrhées. Mon premier contact a eu pour cadre le haras de Ginai. Chez SOBAC, j’avais retenu la manière de faire s’exprimer les sols. C’était ce que je recherchais.

 

À 18 mois, nous sortons de très beaux poulains

 

J’ai vite fait un essai sur une parcelle et j’ai vu que j’avais une pousse progressive de l’herbe. Les bienfaits on les voit ensuite au fur et à mesure. Dans la foulée j’ai tout ensemencé avec BACTÉRIOSOL. 
J’ai constaté une diminution des refus, des rumex et des chardons. 
Durant le premier hiver, les poulains consommaient plus de foin. Il y avait une meilleure appétence avec le foin issu de l’exploitation. Quand il m’a fallu acheter à l’extérieur, la consommation a diminué. 


Pour un éleveur, le problème N°1 avec les poulains c’est de réussir à leur faire consommer du foin entre le sevrage et la sortie de l’hiver. Il faut impérativement qu’ils consomment de l’herbe en période de pâturage et du foin en période hivernale. Ce ne sont pas les compléments qui vont façonner leur squelette. 


L’effet BACTÉRIOSOL est indiscutable. Nous avons de l’herbe beaucoup plus riche avec un très bon taux en sucre et nous sommes équilibrés au niveau des oligo-éléments. De plus, les sols redémarrent à la première pluie. 
A 18 mois nous sortons de très beaux poulains. Je n’ai pas souvenir d’avoir eu un « Prodigious » aussi développé, aussi harmonieux que Jazz in Bellay. Il avait du cadre, de la conformation.

 

Le problème des diarrhées est complètement réglé

 

Au niveau des diarrhées, il y avait ce qu’on appelle les diarrhées de chaleur au bout d’une semaine. C’était des problèmes au niveau de la flore microbienne des poulains. Avant, il n’était pas rare qu’il faille intervenir et donner des médicaments. Ce problème est complétement réglé. Je ne vois le vétérinaire que pour les problèmes gynéco ou les blessures.  
Sur la flore, visuellement il y a une évolution qui est très nette.
 


En octobre 2019, nous avons fait un profil de sol. Ça m’intéressait d’arriver rapidement à des constats objectifs. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est le développement du système racinaire et le nombre de galeries de vers de terre plus important et plus en profondeur. Ça m’a évidemment conforté dans mes choix.
J’insiste sur la difficulté d’isoler des facteurs. C’est une philosophie globale qui fait évoluer notre élevage.


Nous qualifions nos poulains plus tôt et ils vont plus tôt en course. Avant, j’avais très peu de poulains qui couraient à trois ans. Aujourd’hui, j’en ai deux qui devraient courir cet hiver à Vincennes, ainsi qu’une pouliche de 2 ans. 
Une jument fait un poulain tous les ans et si elle n’est pas parfaitement suivie, à cinq ans elle est épuisée. Ici, elles sont dans un réel confort. »

Résultats

Ils utilisent BACTÉRIOSOL sur 100% de leur SAU, pour augmenter la fertilité naturelle des sols depuis 2016.

  • De très beaux poulains
  • Meilleure santé des juments
  • Diminution des refus, moins de rumex et de chardons.
  • Une meilleure appétence
  • De l’herbe beaucoup plus riche avec un très bon taux en sucre
  • Un meilleur équilibre au niveau des oligo-éléments
  • Les sols redémarrent mieux à la première pluie.
  • Beaucoup moins de problèmes de diarrhées
  • Un meilleur développement du système racinaire
  • Des poulains qualifiés plus tôt et donc qui vont plus tôt en course