bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage
Témoignage de Pierre Forgeron, viticulteur en Charentes.
Pierre Forgeron
Il y a une autre vie dans le sol
Viticulteur
2018
Segonzac
16130
Charente

Culture/Production

Pierre Forgeron à Segonzac (Charente), viticulteur en charentes.  L'exploitation : 25 hectares de vignes en cru principal de Cognac. Diversification des cépages avec 21 ha d’Ugni blanc, 2 ha ½ de Folle Blanche, 5 ares de Colombard, 80 ares de Montils.  

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2012) / Pour augmenter la fertilité des sols naturellement.
  • Quaterna Plant (depuis 2018) / Pour réussir pleinement les plantations

Témoignage

Pierre Forgeron en est persuadé, grâce au Bactériosol ses vignes résistent mieux à l’Esca, la maladie du bois. Elles ont gagné en homogénéité et les aléas climatiques sont plus faciles à gérer.  

« En surfant sur Internet, je suis tombé sur un forum de discussions où des gens parlaient du Bactériosol et en 2011, j’ai décidé de faire mes premiers essais. J’ai fait un rang sur deux la première année et ça n’a pas décroché côté Bactériosol. C’était déjà un signe.


La deuxième année, j’ai fait une mise en place globale et j’ai vite vu des changements notamment sur le taux de mortalité des ceps. La repousse se fait mieux, on sent qu’il se passe quelque chose. Par rapport à l’Esca qui est la maladie du bois, la résistance est très nettement améliorée. Nous faisons de gros volumes, entre 130 et 160 hectolitres à l’hectare, et je vois à la couleur de la vigne que ça ne décroche pas. La production est plus homogène et la qualité des raisins est meilleure. Il y a une autre vie dans le sol qui est beaucoup plus souple, je le sens au niveau des outils.


J’ai aussi une parcelle  qui était complètement bloquée et grâce au Bactériosol, elle s’est complètement libérée. Et nous sommes remontés à 150 hectos à l’hectare.

 

Il y a tout ce qu’il faut dans le sous-sol mais il faut simplement trouver le moyen de libérer tous ces éléments


Concernant le mildiou, 2018 est une année très difficile mais nous gérons mieux ces problèmes. Avec les aléas climatiques, nous réussissons à être plus réguliers d’une année sur l’autre. J’ai été le premier à passer en Bactériosol dans mon coin et d’autres voisins ont suivi.  J’ai continué à m’informer, à lire de nouveaux témoignages. J’ai contacté des viticulteurs en Alsace pour échanger avec eux.  
Je suis persuadé que je serai en Bio un jour ou l’autre mais j’ai encore quelques clés à trouver. Chez la Maison Rémy Martin, ils sont en train de prendre le même chemin, c’est donc que nous sommes sur les bons rails. C’est important de voir la maison de Cognac avec qui on travaille aller dans le même sens que nous. 

 

En avance sur le cahier des charges

 

Nous faisons des cessions HVE (Haute Valeur Environnementale) qui est le plus haut des trois niveaux de certification environnementale, et nous sommes déjà en avance sur ce cahier des charges, que ce soit au niveau phytos, vinification ou au niveau de l’eau. Nous produisons notre énergie avec du photovoltaïque, nous distillons avec l’eau de pluie en circuit fermé, et en méthanisation, je vais travailler avec une unité qui est dans le coin. 
Pour mon père, mon changement de pratiques a été dur à admettre mais il a fini par reconnaître le bien fondé de ce virage. Ma mère taille les vignes et un jour après les vendanges, elle m’a dit: « C’est plus plaisant. Maintenant il y a du bois à tailler…! ».

 

Elle trouvait la vigne plus réactive et plus robuste

 

A 80 et 72 ans, même mes parents sont convaincus. 
Avec Solène, nous sommes dans l’échange. C’est important de pouvoir discuter, d’aller au plus pointu dans les techniques. La SOBAC a le vent en poupe mais il y a des raisons à cela.
Je veux laisser quelque chose de valable à mes enfants et dans cette optique, c’est important de voir la vie revenir dans nos sols ». 
 

Résultats

Pierre utilise du Bactériosol et du Quaterna pour fertiliser naturellement ses vignes et assurer la réussite des plantations.

 

  • Des vignes qui résistent mieux aux maladies. (à l'Esca)
  • Production plus homogène.
  • Meilleure qualité des raisins.
  • Meilleures résistance aux aléas climatiques.
  • Une meilleure repousse.
  • La vigne est plus réactive et plus robuste.
  • Sol beaucoup plus souple.
  • En avance sur le cahier des charges (HVE = haute valeur environnementale).