bandeau image
icon-temoignage

Témoignages et résultats

Témoignage
Rémy De Groulard maraîcher dans les Yvelines
Biologique
Rémy De Groulard
Se préoccuper de la vie du sol, c’est une priorité pour notre génération
Maraîcher
2020
Orcemont
78125
Yvelines

Culture/Production

Rémy De Groulard est maraîcher avec son frère Christophe au sein de l'EARL de l'EPINAY, dans les Yvelines. Certifiés en BIO depuis 2011 et utilise BACTÉRIOSOL sur toute l'exploitation depuis 2015.

L'exploitation : 2,5 hectares dont la moitié en serres. 90 % des serres en verre ainsi que 6 tunnels. 

 

Produit/Usage

  • Bactériosol concentré (depuis 2015) / Pour augmenter la fertilité des sols naturellement.

Témoignage

Rémy de Groulard avait convaincu son prédécesseur de travailler avec la SOBAC dès 2014-2015. En BACTÉRIOSOL depuis quatre ans, il apprécie les résultats tant au niveau de la structure du sol que de la qualité des légumes et de leur résistance aux maladies.

« Dans les serres, la terre a changé de couleur et de texture. Le sable qui était jaune est devenu brun. Dehors, les terres ont gagné en légèreté, en porosité. Il y a une vie incroyable. Dès que je prends une motte de terre il y a 3 ou 4 vers de terre dedans. La terre se travaille beaucoup mieux, les mottes s’effritent à la main.

 

L’hiver dernier a été très pluvieux mais je n’ai eu aucune planche inondée, ce qui est nouveau


Mon prédécesseur, avait mis du BACTÉRIOSOL partout. C’est quelqu’un de cartésien, qui raisonne et ne se laisse pas surprendre. Certaines évolution du sol avaient quand même retenues sont attention. Il s’est d’ailleurs réinstallé dans le Maine-et- Loir et continue l’aventure avec la SOBAC.

 

Nous faisons un marché à la ferme et nous livrons des paniers sur Paris. Le retour, ce sont nos clients qui nous le font en direct.

 

Ils nous disent que les légumes et les fruits ont de plus en plus de goût et nous vantent leurs qualités de conservation

 

Heureusement qu’ils se conservent d’ailleurs car nous avons eu des batavias d’1 kg 800 au printemps, des calibres déments. Nous avons des clients de quinze ans d’ancienneté qui nous complimentent chaque semaine. C’est encourageant.


Dans notre clientèle, nous avons plein de jeunes parents qui prennent des légumes ou des fruits pour faire des petits pots pour leurs enfants. Ça nous donne quand même une sacrée responsabilité. On prend le temps de discuter, d’expliquer notre démarche. 

 

Moins d’arrosages, moins de maladies

 

En aubergines nous avons eu une grosse attaque d’acariens. En juillet, ça a jauni très vite mais en continuant à humidifier c’est reparti alors que je pensais que la culture était perdue. BACTÉRIOSOL y est peut-être pour quelque chose. 

 

Pour les tomates, l’été a été sec. Nous avons juste fait un léger passage en cuivre première quinzaine de juin. Nous avons eu un peu de champignons et de mildiou mais les fruits résistent. On va revoir nos arrosages et je suis persuadé que nous allons les diminuer. Les salades sous abri au printemps dernier n’ont eu que deux arrosages et au final, c’était parfait. 

Lors du chantier d’hivernage, je passe du temps à observer la terre, à contempler les planches.

 

Comme j’explique à nos clients, ici on se soucis presque plus de prendre soin de la terre que des plantes

 

La nature fait le reste. Après mon BTS, c’est ma rencontre avec la SOBAC qui m’a fait prendre conscience qu’il y avait plusieurs types d’agriculture. Ce qui donne du crédit à cette histoire, c’est que ce n’est pas sorti d’un laboratoire mais de la tête d’un agriculteur.

 

Pour l’avenir, il nous reste à expérimenter les couverts végétaux et à aller encore moins travailler le sol. Il y a encore des économies de temps et de carburant à faire dans ce domaine. 
Avant la mise en place des tomates, je fais toujours une analyse de sol pour savoir s’il faut apporter du fumier de volailles pour l’azote. Il y avait 400 unités d’azote disponibles dans le sol alors que les tomates en consomment 300 unités. Nous avons donc conduit les cultures sans problème juste avec BACTÉRIOSOL. Un an après, à la même période, j’ai refait une analyse et il restait 250 unités alors qu’il aurait dû en rester une centaine. Cela témoigne entre autres d’une vie du sol très active et des échanges d’azote entre le sol et l’air pendant cette période. »

Résultats

Ils utilisent BACTÉRIOSOL depuis 2015 pour augmenter la fertilité des sols naturellement et avoir un sol en bonne santé et équilibré.

  • Changement de couleur et de texture de la terre
  • Terre plus légère 
  • Meilleure porosité
  • Des légumes avec plus de goût
  • Une meilleure conservation des légumes et fruits
  • Meilleure résistance aux maladies
  • Vie du sol très active